Frédéric L'Epée

Le Mont Analogue

Maintenant que les plus hautes montagnes ont été vaincues, que l'humanité explore le lointain espace ainsi que les plus infimes limites de la matière, quelle sera l'étape suivante ? Aurons nous bientôt atteint l’ultime connaissance ? Ne reste-t-il rien d'autre à découvrir ?

Le romancier et poète français René Daumal se posait déjà ces questions il y a soixante ans. L'alternative qu'il offre à la perte des symboles et du sacré est « Le Mont Analogue », une montagne d'une hauteur incommensurable, mais invisible, qu'une poignée d'amis décide de découvrir puis de gravir. René Daumal est mort en décrivant l'histoire « symboliquement authentique » de cette ascension. Le texte s'arrête sur une virgule.

Pendant que je composais les premiers titres de ce disque, j'ai compris que cette musique était sous l'influence du Mont Analogue. J'ai donc décidé de poursuivre cette idée et de tenter moi aussi l'ascension.

Le Mont Analogue est avant tout un symbole. Imaginé, ou plutôt redécouvert par René Daumal pour suppléer à la disparition des mythes, il représente le réel placé hors des limites ordinaires de la perception. Il est le symbole de la présence invisible, de l'inaccessible et de la foi, ce qui pousse le montagnard à escalader toujours plus haut, ce qui entraîne le scientifique à aller plus loin dans sa recherche, le penseur à sonder plus profondément son esprit, l’artiste à atteindre l’essence de son message.

La voie secrète vers le Mont Analogue est le chemin initiatique emprunté par ceux qui cherchent une raison à l'existence, à la souffrance et à la mort, et qui perçoivent que l'essentiel ne se situe pas à notre portée, ni près, ni même loin de nous, mais plutôt à la fois en dehors et au plus profond de chaque être. C'est alors que les véritables obstacles sont à franchir, que les dernières amarres sont à lâcher et que seule la confiance peut aider à vaincre la peur, l'angoisse et le désir. L'ultime effort, le renoncement à notre frénésie d'action et de connaissance pourront permettre de trouver plus que ce que l'on est venu chercher.

Et là, plus de questions.

Ce CD est ce qu'on appelle un "'album concept", inspiré par le livre de Daumal. Il se situe dans la lignée du rock progressif, sans doute la plus "progressive" de mes productions depuis Shylock. Il est aussi un disque très significatif pour moi puisqu'il a été composé pendant la lente guérison de ma main gauche, quasiment arrachée lors d'un accident de voiture ; il est en ce sens une sorte de renaissance.

Pour en savoir plus sur René Daumal et son travail, cliquez ici